• Office de Tourisme de Port Saint Louis du Rhone
  • Office de Tourisme de Port Saint Louis du Rhone
  • Office de Tourisme de Port Saint Louis du Rhone
  • Office de Tourisme de Port Saint Louis du Rhone
  • Office de Tourisme de Port Saint Louis du Rhone
  • Office de Tourisme de Port Saint Louis du Rhone
  • Office de Tourisme de Port Saint Louis du Rhone
  • Office de Tourisme de Port Saint Louis du Rhone

  • Votre publicité ici
  • Port Napoléon

Le Parc Naturel Régional de Camargue

Le flamant rose de Camargue



Téléchargez les rendez-vous des Parcs Camargue-Alpilles Automne Hiver 2017/2018


Port Saint Louis du Rhône a intégré le Parc naturel régional de Camargue en février 2011. Une officialisation de l'adhésion de notre commune dans le périmètre du Parc a eu lieu le Dimanche 30 septembre 2012 à l'occasion de la manifestation "La Région fête ses parcs". Célébration couverte par le journal La Provence le 1er octobre 2012 (à lire également dans la Rubrique Presse, l'article paru dans le journal La Marseillaise du 2 octobre 2012).
Téléchargez l'article de La Provence

 

Comme les 45 autres parcs naturels régionaux de France, le Parc naturel régional de Camargue est un territoire rural, ouvert et habité, à l’équilibre fragile, au patrimoine remarquable. Il est un lieu d’expérimentation et de concertation où conservation de la nature et développement des activités humaines vont de pair. Il a pour vocation de protéger et faire vivre le patrimoine naturel, culturel et humain de son territoire pour construire son avenir.

Le Parc naturel régional de Camargue a été créé en 1970. Ce fut l’un des premiers en France. Il est animé par une équipe pluridisciplinaire d’une trentaine de techniciens et de chargés de mission qui impulse, soutient ou met en œuvre des projets autour des grandes missions du Parc :
- la protection et la gestion du patrimoine naturel, culturel et paysager,
- l’aménagement et le développement économique, social et culturel du territoire,
- l’accueil, l’information et l’éducation du public,
- l’expérimentation de nouvelles méthodes de gestion.

Le fonctionnement du Parc naturel régional de Camargue repose sur des processus de décision ouverts et une concertation régulière des acteurs du territoire. Des instances ont été mises en place, véritables lieux de réflexion, de conseil, de proposition et de décision pour faire vivre le projet du Parc : le Comité syndical et son Bureau qui réunissent les élus et autres membres statutaires, le Conseil de Parc qui rassemble les habitants, usagers et professionnels du territoire et participe aux commissions de travail du Parc et le Conseil scientifique et d’éthique qui apporte son expertise au Comité syndical du Parc.



Les actions du Parc naturel régional de Camargue

> Veiller à la sauvegarde du patrimoine naturel
Le Parc participe activement à la sauvegarde des espaces naturels qui représentent 53% du territoire : il expérimente de nouveaux modes de gestion conciliant développement local et environnement, il impulse des mesures concrètes de conservation de la nature (préservation et restauration des dunes littorales, lutte contre les espèces invasives…) et participe à des programmes européens (LIFE +) de protection de la nature.

> Organiser une gestion concertée de l’eau
L’eau est omniprésente en Camargue et ses différents usages sont tous interdépendants : le Contrat de delta Camargue, rédigé et animé par le Parc, est un outil de gestion concertée et globale visant à préserver la qualité des eaux, la biodiversité et les activités humaines du territoire.

> Participer à la protection des paysages
Le Parc a mis en place une politique paysagère reposant notamment sur l’inventaire, la mise en valeur, la préservation et le maintien de la diversité des paysages de Camargue. Il dispose pour cela de deux outils opérationnels : un observatoire photographique des paysages et une charte paysagère et d’urbanisme établie en concertation avec les acteurs du territoire.

> Faire coexister harmonieusement agriculture et environnement
Diverses actions visant à concilier agriculture et préservation des grands espaces naturels de Camargue sont menées par le Parc : établissement de contrats entre l’état et les propriétaires s’engageant à mettre en place des mesures agri-environnementales (MAE), soutien aux pratiques d’élevage extensif, appui technique aux éleveurs de chevaux et taureaux…

> Impulser la sauvegarde du patrimoine culturel
Collecte et recherche ethno-historique, actions culturelles innovantes en lien avec la culture camarguaise, mesures de veille sur l’évolution des paysages, expertise détaillée du patrimoine bâti… le Parc participe activement à la sauvegarde et à la valorisation de la diversité identitaire du territoire et de son riche patrimoine culturel.

> Assurer un suivi architectural
Afin de favoriser un habitat durable et respectueux de l’identité du territoire, le Parc joue un rôle de conseil : il favorise ainsi l’utilisation d’énergies renouvelables compatibles avec le maintien de la qualité des paysages camarguais ou encore l’optimisation de projets publics ou privés de construction ou de réhabilitation du bâti.

> Développer un tourisme durable
Le Parc s’appuie sur deux démarches complémentaires pour faire de la Camargue une destination de tourisme durable : l’attribution de la marque « Parc naturel régional de Camargue » qui permet de signaler au public les établissements touristiques conformes à ses valeurs, et la Charte européenne de tourisme durable, démarche collective menée avec les autres parcs de la région Provence-Alpe-Côte-d’Azur.

> Inventer un projet culturel
Le Parc conduit une mission de développement culturel du territoire à partir du Musée de la Camargue et des actions culturelles qui y sont programmées. L’enjeu est d’être facteur de cohésion sociale en valorisant la culture régionale, le patrimoine industriel et immatériel, la création contemporaine. Ce projet de développement culturel du territoire de Camargue s’inscrit dans le cadre de « Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la Culture ».

> Informer et sensibiliser au territoire
édition de supports informatifs et pédagogiques, programmes de sensibilisation des scolaires, animations territoriales… diverses actions d’éducation au territoire sont menées par le Parc auprès des habitants, du jeune public, des socio-professionnels et des visiteurs. Le Musée de la Camargue et le sentier de découverte constituent des supports privilégiés pour favoriser cette mission d’information et de sensibilisation commune à tous les parcs naturels régionaux.

> Mettre en place un suivi du territoire
Avec ses partenaires gestionnaires d’espaces naturels en Camargue, le Parc prend en charge des programmes et des outils de suivi du territoire (Observatoire Camargue, Système d’information territorial…). Il analyse ainsi l’évolution de la biodiversité et des paysages, mais aussi celle de diverses données administratives, géographiques, réglementaires, naturalistes, urbanistiques, culturelles, socio-économiques, touristiques…



Le territoire du Parc

Télécharger la carte (PDF)


Un delta ouvert sur la Méditerranée

Le Parc de Camargue s’étend sur trois communes (Arles, les Saintes-Maries-de-la-Mer, Port-Saint-Louis-du-Rhône) soit plus de 100 000 ha. Sur les 75 km de façade maritime, le Parc a élaboré une convention avec les autorités de l’État compétentes en mer, qui précise les modalités de son intervention.

Un espace peu peuplé mais largement investi par les hommes
En Camargue, les premiers vestiges connus remontent au 6e siècle avant Jésus-Christ. Ces terres constituaient une position stratégique évidente pour la ville de Marseille, fondée par les grecs qui souhaitaient contrôler le Rhône et l’arrière-pays. À partir du 1er siècle avant JC, les habitats se multiplièrent, principalement dans le nord de la Camargue. Aujourd’hui, la population est de près de 10 000 habitants. Avec une densité moyenne de 10 habitants au km2, le Parc constitue un des espaces les moins peuplés de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur.

Un territoire où la gestion de l’eau est primordiale
Le Parc naturel régional de Camargue se situe au bord de la Méditerranée, à l’intérieur du delta du Rhône, principalement entre les deux bras du fleuve. À l’ouest, le petit Rhône se jette dans la mer aux Saintes-Maries-de-la-Mer. À l’est, le périmètre du Parc dépasse la frontière naturelle du grand Rhône et intègre sur sa rive gauche des espaces naturels à hautes valeurs environnementales, héritées de l’ancienne boucle du Rhône. Les avancées ou les reculs du rivage autant que les divagations des bras du Rhône ont longtemps conféré au delta une grande instabilité. L’endiguement des bras du fleuve et la construction de la digue à la mer, achevés à la fin du 19e siècle, ont permis de contenir aussi bien les crues que les invasions d’eaux salées. Par ailleurs, l’aménagement d’un considérable réseau d’irrigation et de drainage a permis à l’homme de contrôler l’équilibre des différents  milieux naturels et même d’en modifier l’évolution.
Ainsi, bon nombre de paysages qui semblent naturels ont en réalité été façonnés selon l’usage qui leur a été donné : l’industrie salinière, la riziculture et plus récemment le tourisme.

Le Rhône et la mer Méditerranée dessinent des paysages sous l’influence de l’eau douce ou salée
La formation du delta du Rhône et sa perpétuelle évolution au cours des siècles ont façonné un paysage spécifique, caractérisé par l’absence de relief important. Le point culminant du delta se trouve à 4 mètres au-dessus du niveau de la mer, son point le plus bas à 1,5 m en dessous ! Nul obstacle ne gêne la vision de l’espace, et la moindre construction est repérable de loin. La diversité des facteurs naturels (eaux saumâtres, eaux douces, soleil, vent) permet toutefois de distinguer deux grandes zones paysagères : la Camargue fluvio-lacustre et la Camargue laguno-marine.

UOù oberserver les oiseaux...ne grande diversité d’écosystèmes pour les oiseaux
Zone humide d’importance exceptionnelle, la Camargue, unique delta français de cette ampleur, se distingue en Europe par la richesse biologique de ses écosystèmes. Située dans l’axe de migration des oiseaux du nord de l’Europe vers l’Afrique, elle forme un relais vital pour l’avifaune. La Camargue est une halte migratoire majeure pour les canards et les oiseaux d’eau (plus de 150 000 oiseaux y transitent chaque année).

 

La brochure "Où observer les oiseaux ... dans le Parc naturel régional de Camargue" est à votre disposition dans les différents Offices de Tourisme de Camargue mais aussi en téléchargement gratuit en cliquant sur l'image.


La Camargue fluvio-lacustre
Elle occupe le nord du delta et descend vers le sud en longeant les bras du fleuve. C’est le domaine des marais d’eau douce. Les voies de communication, les habitations, les cultures sèches, ont été édifiées à l’abri des crues sur les hauteurs. La forêt, autre fois très développée dans cette partie de la Camargue, a peu à peu cédé la place aux cultures, en particulier à celle du riz.

La Camargue laguno-marine
Elle occupe tout le sud du delta. Façonnée par les incursions marines, elle est sous l’emprise du sel. Des lagunes immenses et peu profondes (un mètre en moyenne) et de vastes étendues de sansouïre s’étendent à perte de vue, lui donnant un côté à la fois sauvage et attrayant. La Réserve nationale de Camargue, qui comprend notamment l’étang du Vaccarès, en est le cœur.



Le Musée de la Camargue

L'exposition permanente "Le fil de l'eau...le fil du temps en Camargue"

Musée de la Camargue

Exposition Musée de la Camargue

Exposition Musée de la Camargue
Horaires du Musée: de Novembre 2017 à fin Mars 2018: tous les jours de 10h à 12h60 et de13h à 17h sauf le 25 décembre, le 1er Janvier et les week-ends du 23/12 au 31/01

Sur cette île de la Camargue, formée par la rencontre du Rhône avec la mer, les transformations sont rapides et brutales, imposant à l’homme une adaptation permanente du milieu pour pouvoir vivre et travailler. Rien n’est totalement naturel, mais rien n’est totalement artificiel. La Camargue d’hier n’est pas celle d’aujourd’hui qui n’est pas celle de demain. En introduction à la visite, une grande table interactive avec la carte du delta invite à naviguer dans l’espace et le temps… On y découvre la formation géologique du delta, les traces de l’homme dans l’Antiquité, l’évolution de l’occupation du sol, les systèmes d’irrigation et de drainage, ainsi que des problématiques comme l’inondation, le moustique, les flamants roses…

- Le fil du temps : Des images, des paroles, des objets montrent le rôle de la nature dans les réformes sociales et les migrations humaines. Cet espace révèle la complexité d’un territoire où les transformations rapides obligent l’homme à s’adapter mais aussi à transformer.

- Le fil de l’eau :
La Camargue formée par le Rhône et la mer présente une grande variété de paysages issue d’un incessant travail d’aménagement du delta par l’homme. L’eau est le fil conducteur d’une histoire interprétée en images, en objets, en paroles et en sons.

- La Camargue en images fait défiler les photographies témoins des mutations paysagères, économiques et sociales, au 20ème siècle. Les collections Naudot et Bouzanquet numérisées sont projetées sur des écrans qui permettent aux visiteurs de naviguer selon des thématiques. Un espace de projections dédié aux films qui ont participé à la médiatisation de la Camargue est également aménagé. Il sera le lieu d’un important travail pédagogique sur l’image et les clichés.

- Yoga au Musée : le 1er vendredi de chaque mois, le Musée s'ouvre au Yoga. Une autre approche d'immersion dans les collections du Musée.



Le sentier du mas du Pont Rousty :

La visite du musée se prolonge sur un sentier de découverte de 3.5 km qui présente les activités agricoles du domaine, les cultures, les pâturages, les marais, au détour d’une cabane de gardian.

 

- L'œuvre Horizons : Au départ du sentier, Horizons, observatoire de bois réalisé par l'artiste Tadashi Kawamata pour le musée, permet aux visiteurs de s'élever pour contempler le paysage agricole du mas du Pont de Rousty. A cette première œuvre du parcours « Les sentiers de l’eau en Camargue », s’ajoutent Escale sur les bords du grand Rhône, à la station de pompage de la grande Montlong (route de Salin-de-Giraud) et Décise, œuvre mobile actuellement présentée à Salin-de-Giraud.

Oeuvre Horizons

Oeuvre Horizons
Informations pratiques :
- Horaires d’ouverture : Octobre à fin mars : de 10h à 12h30 et de 13h à 17h / Avril à fin septembre : de 9h à 12h30 et de 13h à 18h. Dernière entrée 1h avant fermeture.
Le musée est ouvert tous les jours sauf le mardi, le 25 décembre, le 1er janvier et le 1er mai.
- Tarifs :
Tarif plein : 5€ / Tarif réduit : 3€ / Gratuité : moins de 18 ans, demandeurs d'emploi, journalistes, enseignants, membres de l'ICOM. Gratuité tous les 1ers dimanches du mois.
- Site Internet :
http://www.parc-camargue.fr/musee.html



Les partenaires du Parc

Le Parc naturel régional de Camargue bénéficie du soutien de nombreux partenaires institutionnels locaux, régionaux et nationaux : la Région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, le Conseil général des Bouches-du-Rhône, le ministère en charge de l’Environnement, les services régionaux de l’état en charge de l’Environnement, la Fédération des Parcs naturels régionaux de France, les communes d’Arles, des Saintes-Marie-de-la-Mer, de Port-Saint-Louis-du-Rhône et les agglomérations d’Arles-Crau-Camargue-Montagnette et Ouest-Provence, l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée et Corse et le Conservatoire du littoral et des rivages lacustres.

Les gestionnaires des espaces naturels protégés en Camargue

Créée en 1927, la Réserve nationale de Camargue a pour objectifs principaux la conservation de la nature, la connaissance et le suivi scientifique du territoire. Ses terrains, qui englobent l’étang du Vaccarès, appartiennent au Conservatoire du littoral et sont gérés par la Société nationale de protection de la nature (SNPN). La SNPN anime les activités de conservation et de découverte du site.

La Tour du Valat est un organisme privé de recherche créé il y a plus de 50 ans par Luc Hoffmann, naturaliste visionnaire et mécène. Pour préserver les zones humides, elle développe des programmes de recherche et de gestion intégrée qui favorisent les échanges entre usagers et scientifiques.

Le domaine de la Palissade,
propriété du Conservatoire du littoral, est géré par un syndicat mixte. Situé à l’embouchure du grand Rhône, hors des digues, soumis aux crues du fleuve et aux invasions marines, le Domaine de la Palissade témoigne du fonctionnement originel de la basse Camargue. ll a pour mission d’assurer la conservation du patrimoine naturel et d’ouvrir le domaine au public sous réserve de sa préservation.

Les marais du Vigueirat
appartiennent au Conservatoire du littoral. Il sont co-gérés par l’Association des amis du Marais du Vigueirat et l’Office de tourisme d’Arles. Leurs axes de développement sont basés sur la protection de la nature et l’accueil du public avec une dimension d’éco-tourisme durable. Sur cette ancienne terre agricole, les milieux naturels ont été restaurés afin d’offrir une diversité de paysages aux visiteurs, qui expérimentent ainsi un projet de développement local dont le moteur est un espace naturel.

Le Syndicat mixte pour la protection et la gestion de la Camargue gardoise est un établissement public créé en juillet 1993, qui associe le Conseil général du Gard aux 8 communes de la Camargue gardoise : Aimargues, Aigues-Mortes, Beauvoisin, Le Cailar, Le Grau-du-Roi, Saint-Gilles, Saint-Laurent-d’Aigouze, Vauvert. ll travaille à la protection et la mise en valeur des zones humides qui fondent l’identité de ce territoire.

Les partenaires culturels
Le Parc conduit un projet culturel en réseau avec des artistes, des associations et différents partenaires comme le Musée départemental d’Arles antique, le Museon Arlaten, le domaine départemental du Château d’Avignon, le Musée Réattu, le Musée Baroncelli, les Rencontres d’Arles de la photographie, le centre universitaire d’Arles… Tout au long de l’année, le Parc invite à des évènements en lien avec la culture camarguaise ou avec la richesse artistique du territoire. Le Musée de la Camargue propose des expositions permanentes et temporaires.

Les associations d’habitants, d’usagers ou de citoyens
La répartition spatiale de la population et la taille exceptionnelle des communes (Arles est la plus grande commune de France…) confèrent une importance particulière aux comités de villages, qui sont des interlocuteurs réguliers dans la vie du Parc.

Les associations professionnelles
Si la Camargue est faiblement peuplée, sa population est organisée en une multitude d’associations. Le Parc a jusqu’à maintenant travaillé prioritairement avec les organisations professionnelles structurées, à l’image des associations d’élevage qui ont élu domicile au siège administratif du Parc. Certaines des structures professionnelles camarguaises ont un rayonnement national, comme le Syndicat des riziculteurs de France et filière.

Les associations de protection de la nature et les scientifiques
Le Parc a naturellement comme interlocuteurs permanents les grandes associations de protection de la nature, en particulier la Société nationale de la protection de la nature et la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) mais aussi,compte tenu de la richesse ornithologique et des enjeux de conservation d’espèces qui caractérisent le territoire, des centres de recherche comme le CNRS -dynamique écologique et sociale en milieu deltaïque (DESMID).



Vivre et découvrir le Parc

Les établissements et la marque «Parc naturel régional de Camargue»

Déposée par le ministère chargé de l’Environnement, la marque «Parc naturel régional» permet de signaler au visiteur des produits agricoles et artisanaux, des prestations de service et des savoir-faire qui répondent aux trois valeurs qui lui sont associées : territoire, environnement préservé et valorisé, dimension humaine.
À ce jour, de plus en plus d’établissements et de producteurs respectent les critères de chartes d’engagement et bénéficient ainsi de la marque « Parc naturel régional de Camargue » : des éleveurs de taureaux pour l’accueil du public dans leur manade, des centres de tourisme équestre, des viticulteurs et des producteurs de pommes de terre des sables primeur.

Téléchargez le dépliant  Les Manades de taureaux en Camargue

Les lieux d’accueil du Parc

> Le Mas du Pont de Rousty, centre administratif du Parc naturel régional de Camargue est situé sur la communes d’Arles : il est le lieu de rencontre avec les usagers et les professionnels.
> Le Musée de la Camargue et la Maison du Parc sont les deux équipements d’accueil du Parc qui proposent expositions, animations et visites commentées.
> Le Musée de la Camargue est installé dans une ancienne bergerie, à côté du centre administratif. La visite du Musée est associée à un sentier de découverte de 3,5 km (activités agricoles, pâturages, marais, cabane camarguaise…) agrémenté de panneaux explicatifs et d’outils pédagogiques à manipuler. RD 570 - 13 200 Arles - Tél. 04 90 97 10 82
> La Maison du Parc est située aux Saintes-Maries-de-la-Mer ; elle se fond parfaitement dans le milieu naturel ambiant. Une vaste salle panoramique permet de découvrir le marais de Ginès où nichent et hivernent de nombreux oiseaux d’eau. Sa vocation est de répondre aux questions, d’orienter et d’informer sur la Camargue mais aussi sur le Parc naturel régional et ses missions. Le bâtiment est provisoirement fermé pour moderniser ses équipements et mieux accueillir le public.
RD 570 - Pont de Gau - 13 460  Saintes-Maries-de-la-Mer
Tél. 04 90 97 86 32

 

Découverte de la Camargue


A pied, à vélo ou en voiture, la Camargue se découvre de 1000 façons!
Expérimentez le vous-même avec les 14 fiches randonnées disponibles en téléchargement directement sur notre site Internet ou en vente en français, anglais ou allemand dans les différents Offices de Tourisme de Camargue (8.50€).


Découvrez toutes les possibilités de randonnées dans les Parcs naturels régionaux sur le site des Chemins  des Parcs

et pour consommer correctement dans les Parcs , www.parcs-naturels-regionaux.fr/consommer-parc


© 2011 Office de Tourisme de Port-Saint-Louis du Rhône - Réalisation Delta Flash